Congrès National 2013 en Avignon

Le 78ème Congrès National en Avignon a eu lieu du 18 au 20 juin 2013

au Centre des Congrès du Palais des Papes

(ci-dessous le lien  pour lire le compte-rendu de nos participants)

c-r-reunion-congres-avignon-par-g-squiban.doc c-r-reunion-congres-avignon-par-g-squiban.doc

voici quelques infos en attendant complémentaires:

    -  le président sera élu lors du prochain Conseil d'Administration National du 12 juillet 2013

    - pour les cotisations inchangées

    - 11 élus sur 14 (non élu: André Siegel - Jacques Reynard - Jacques Morgand - Marc Gentile )

ci-joint les rapports du Président Général et du Secrétaire Général :

                      RAPPORT MORAL CONGRES NATIONAL EN AVIGNON JUIN2013
Je suis très heureux de vous retrouver ici en Avignon pour notre 78ème congrès national.
Mes chers amis, lors de notre assemblée générale de 2012 à Saint Maixent l'Ecole dans mon rapport moral, je vous exhortais entre autre, à recruter, à cultiver l'amitié, à vous préoccuper du social, à rester jeune et à conserver un esprit combatif. Bravo, nous sommes parvenus à garder le cap pour l'essentiel, et notamment de l'esprit combatif de certains de nos présidents. Deux points sur lesquels vous avez été très réactifs, le 19 mars et la proposition de réajustement de la cotisation ainsi que la revue. Sur le 19 mars, je me suis suffisamment expliqué. Quelques uns d'entre vous ont très rapidement interprété le communiqué établi en accord avec le Conseil d'Administration selon leurs convictions et opinions de ses membres. Je ne reviendrai donc pas sur ce sujet. En ce qui concerne la cotisation et la séparation de la revue, une petite poignée d'entre vous a fait connaître son mécontentement et très rapidement, cette dernière est montée "aux créneaux". Très bien, cela prouve que vous attachez de l'importance à vos finances, mais certes, un peu moins à celles de la Société. Deux ou trois U.D ont alerté par mail l'ensemble des présidents d'U.D, voilà au moins une action qui prouve l'utilité d'Internet ainsi que la cohésion entre vous ce dont je me réjouis. Pour nous au siège, cette méthode de correspondance est également très pratique car elle nous a permis, par d'autres biais, de recevoir l'intégralité du mail envoyé. Je vous rappelle que la majorité de nos administrateurs sont présidents d'U.D. En son temps, cette question sera expliquée puis débattue et votée par les délégués. Sachez toutefois que les administrateurs ne prennent pas de décision à la légère, ils sont en effet en possession d'éléments que vous ne possédez peut être pas et débattent en toute loyauté. Mais je pense que vous obtenez tout de même quelques informations car il est bien connu que les murs du siège national sont particulièrement poreux. N'en veuillez donc pas à vos administrateurs. Ils sont vos représentants et ils travaillent en toute connaissance de cause pour le bien de notre Société Nationale. Comme je le disais à l'instant, le conseil d'administration est l'organe de direction. Ses membres élus par le Congrès sont les représentants officiels de la Société. Leur rôle est primordial. Ils doivent servir de trait d'union entre le Siège, les U.D et les sections. Leur tâche est ingrate, exigeante et astreignante car la majorité d'entre eux, je le répète, sont également présidents d'U.D, ils et elles doivent être en mesure de faire la séparation entre leurs deux fonctions. Gymnastique intellectuelle parfois difficile lorsqu'au cours des assemblées auxquelles ils sont invités, les débats les obligent à se positionner. Mais ils s'en acquittent avec beaucoup de sérieux et de conviction. Je pense notamment aux 3 ou 4 qui se déplacent pour venir travailler hebdomadairement au Siège, d'autres venant toutes les quinzaines pour deux ou trois jours, voire plus, ce qui est remarquable. Merci mille fois pour leur désintéressement et leur sérieux. Tout au long de cette année 2012-2013, beaucoup de recherches, de contacts ont été entrepris au profit de notre Résidence de Hyères. Plusieurs partenariats ont été signés avec des Associations amies présentant les mêmes valeurs morales que les nôtres et ayant la même éthique. Il s'agit de l'Association des titulaires du titre de reconnaissance de la Nation, de la fédération André Maginot, de l'union nationale des retraités de la gendarmerie, de la fédération des retraités de la gendarmerie, de l'association nationale des sous-officiers de l'armée de l'air, de l'association des cadres de la police nationale et de la sécurité intérieure, de l'association amicale des pionniers, pilotes et amis de l'aviation " les vieilles tiges d'hier et d'aujourd'hui", de l'école de St Maixent, de l'école de gendarmerie de Châteaulin, de la fédération des anciens des missions extérieures, de l'association des participants aux missions extérieures et enfin de l'association des gueules cassées. Croyez-moi, nous sommes très satisfaits de cette prise de décision qui a demandé beaucoup d'investissement dans ces différents contacts. Pour le moment, la fréquentation et les réservations restent majoritairement établies au profit des Médaillés Militaires, nos efforts se concrétisent petit à petit. Madame le Directeur, Anaïs GABERT vous en parlera au cours de son intervention. Pour votre information, sachez que désormais deux villas sont à votre disposition. Dans l'une d'entre elles, les travaux ont été effectués bénévolement par un Président de section et son "commando", je les remercie aujourd'hui publiquement. Vous avez fait preuve, Messieurs, d'un bel esprit d'équipe dans lequel devrait se reconnaître tous les Médaillés Militaires. Vous incarnez un bel exemple à suivre. En ce qui concerne la cérémonie aux monuments aux morts des Médaillés Militaires, cours Vauban des Invalides, j'ai fait savoir notre mécontentement au Grand Chancelier de la Légion d'Honneur. En effet, la cérémonie de novembre 2012 n'était plus en adéquation avec nos attentes. En accord avec le conseil d'administration et le Grand Chancelier, je vous annonce donc que celle de 2013 se déroulera comme par le passé, c'est à dire à notre initiative le 1er mercredi du mois de novembre. Je vous informe également que pour marquer son attachement à la médaille militaire et aux médaillés militaires, le Grand Chancelier m'a proposé de procéder à des remises de médailles militaires, dans les salons mêmes de la Grande Chancellerie. Je remercie encore le Gal. GEORGELIN de cette proposition. Il me semble que le prochain conseil devrait accepter cette dernière, conscient de l'honneur qui lui est fait. Je vous annonce également la préparation de la création d'une nouvelle section de médaillés militaires, celle des pensionnaires de l'Institut National des Invalides. Le général d'armée CUCHE, gouverneur militaire des Invalides que nous avons rencontré en ce lieu chargé d'histoire, entouré de ses pensionnaires, nous accorde son total soutien. Je propose que cette section porte le nom de "section d'honneur de la Médaille Militaire". Nous aurons l'occasion de vous en reparler. La remise du drapeau de cette section est envisagée pour le 7 novembre prochain devant notre monument aux Morts, cour Vauban. Pour la réalisation de ce dernier, je pense que nous lancerons une souscription auprès de vous tous. En effet, il faut que ces hommes et femmes, grands mutilés de guerre, toutes générations confondues, sachent en regardant leur emblème que nous sommes en totale union avec eux et que nous ne les honorerons jamais assez pour leur sacrifice au service de la Nation. Je sais pouvoir compter sur la générosité de toutes et tous. Maintenant, je tiens à vous rassurer sur le devenir de notre Société. Vous savez, les associations avec lesquelles nous avons signé des accords, ont dans leurs rangs des médaillés militaires. Tous ne sont pas chez nous, c'est évident, c'est pourquoi nous avons demandé à leurs présidents nationaux de les inciter à nous rejoindre. Les contacts établis avec les écoles de gendarmerie, l'ENSOA, la marine et l'armée de l'air porteront un jour leurs fruits, beaucoup d'instructeurs sont médaillés militaires, ils commencent à nous rejoindre. Evidemment, ils ne sont pas physiquement dans nos rangs. Pour les fréquenter, je vous assure qu'ils ne disposent pas de beaucoup de temps libre, ne les critiquons pas mais essayons de les comprendre. Le format de nos armées a changé depuis la professionnalisation. Les OPEX se succèdent à forte cadence, les conflits également. Après l'Afghanistan, l'armée commençait à pousser un grand ouf ! L'intervention au Mali est alors arrivée.... et pour combien de temps ? J'entends par ci, par là, cette réflexion: " les nouveaux décorés, ils s'en foutent, ils ne sont pas intéressés". Je pense qu'à l'heure actuelle, il faudrait nuancer ce propos. Beaucoup de jeunes, caporaux et caporaux chefs notamment, sont fiers de leur médaille militaire. Ils ne l'ont pas attendue, ils l'ont gagnée comme leurs anciens, les armes à la main et bien souvent par le sang versé. Ces garçons, vous les aurez dans vos sections. Dès qu'ils pourront souffler un peu, ils seront heureux de vous rejoindre, à moins qu'ils ne quittent l'institution avec le sentiment d'avoir été exploités.... Vous devez le savoir, le livre blanc qui vient de sortir n'est pas du tout en faveur des carrières longues, malheureusement pour ces jeunes qui, eux pourtant, ont la foi soudée au corps et ils auront beaucoup donné. Je connais également vos préoccupations devant le vieillissement de nos sections, malheureusement nous devrons affronter cette situation durant quelque temps encore. La société dans laquelle nous évoluons actuellement ne facilite pas les choses, le désengagement de l'être humain est grandissant, vous devez le constater journellement. Le désintéressement pour les choses les plus simples de la vie comme le bénévolat est à la mode, place à l'égoïsme, au chacun pour soi. Il y a longtemps que nous le présageons, tout le confirme aujourd'hui. Dans moins de 5 ans, il faudra revoir notre système de fonctionnement. Il sera alors nécessaire de renforcer les U.D au niveau de leurs bureaux, rattacher les sections à celles-ci afin d'avoir une gestion de nos effectifs beaucoup plus lisible. L'informatique nous le permettra et ce type d'action sera peut-être plus attractif auprès des jeunes générations qui viennent au monde avec une "souris" dans la main. Il faut en convenir et l'accepter, nous devons évoluer et ne pas nous montrer "ringards". Peut-être n'avons nous que trop tarder mais n'ayons pas de regret, je pense que les esprits n'étaient pas encore prêts à ce changement. Mesdames, Messieurs à l'ère de l'ordinateur, nous constatons que 60% des achats des ménages se font devant un écran, d'où le repli de l'homme devant les choses les plus banales de la vie, prendre son panier, se rendre au marché et surtout parler avec les autres, écouter s'il le faut des banalités. En bref tout ce qui constitue le tissu social est pratiquement inexistant. Maintenant, votre "panier" vous le remplissez après avoir "surfé sur la toile", comparé les prix et être tombé sous le charme d'une belle photo, le tout sans fatigue...La société connaîtra probablement un jour un revirement de situation, mais pour l'instant, nous devons accepter ces nouvelles méthodes à moins d'afficher clairement le désir de voir s'éteindre la SNEMM. A notre niveau, nous avons déjà anticipé. Les nouvelles cartes de sociétaires ont fait couler beaucoup d'encre. Pourtant, depuis deux ans, les présidents et délégués ont pu apprécier l'utilité d'une telle carte. Je ne reviendrai donc pas sur cet élément reconnu comme efficace. Depuis quelques mois, plusieurs U.D ont accepté de jouer le jeu en mettant eux-mêmes à jour les changements se produisant dans leurs sections, il s'agit des U.D 02 Aisne, 03 allier, 33 Gironde, 83 Var, 84 Vaucluse je les remercie beaucoup. Reste à confirmer les U.D 54 Meurthe et Moselle, 56 Morbihan, 67 Bas Rhin que j'accompagne de tous mes vœux. Leur investissement est grand et leur travail parfait. A l'horizon 2018, je pense que le service des effectifs ne se composera plus que d'un administrateur compétent dans ce domaine d'où un gain financier pour notre Société et une valeur ajoutée aux présidents d'U.D. Notre site Internet, piraté comme vous le savez, est maintenant sécurisé, il sera prochainement opérationnel. C'est vrai, je dois le reconnaître tout va vite très vite et il me semble raisonnable de passer la main lorsque l'on sent que l'on perd pieds, savoir laisser la place à plus jeune, c'est faire preuve d'intelligence. Le dépassement devant le modernisme n'est pas une maladie honteuse ni un signe de sénilité, bien au contraire et rassurez vous, dans bien d'autres cas, les jeunes ont besoin de la sagesse de leurs anciens. Autre point, nous réfléchissons actuellement sur un système de paiement par carte bleue, souhait que vous exprimez depuis quelque temps mais qui a tendance à s'amplifier. Ce procédé est mis en place pour notre Résidence et sera opérationnel pour les vacances prochaines. Après la séparation du montant de la cotisation et de la revue qui a fait dire à peu près tout et n'importe quoi, je vous annonce que les surprises ne sont pas finies. En effet, sans trop m'avancer, je crois pouvoir vous dire qu'en 2014 la Société Nationale sera en mesure de délivrer des reçus fiscaux. En effet, un contact très chaleureux s'est établi entre le professeur CABROL et le Siège Social. Tout le monde connait le professeur CABROL, éminent spécialiste s'il en est un, en chirurgie cardiaque. Le professeur préside l'association A.D.I.C.A.R (Association pour la recherche, le développement et la diffusion d' innovation en cardiologie). Le professeur CABROL a accepté notre partenariat et nous offre la possibilité de contacter directement son secrétariat en cas de besoin de nos sociétaires afin d'obtenir rapidement, les meilleurs rendez vous avec les meilleurs médecins de cette spécialité. Soutenant déjà un Avenir ensemble (éducation nationale) et A.D.I.C.A.R (recherche), je ne vois pas comment Bercy pourrait ne pas accepter notre demande de déduction fiscale consécutive à nos dons faits à l'extérieure de notre propre entraide. Vous voyez que le bureau national, contrairement à ce que l'on pourrait croire, ne ronronne pas tranquillement à l'abri de ses boiseries. Voilà donc exprimés quelques thèmes et réflexions sur lesquels le prochain Conseil devra travailler dans les mois à venir, car maintenant il faudra finaliser. Nous vous avons ouvert les pistes et je suis persuadé qu'il y en a d'autres. Et l'humain, que devient-il me direz vous devant tous ces prochains bouleversements ? Je vais vous le dire, j'ai confiance, une confiance immense envers les décorés de la Médaille Militaire, cette médaille qui est notre fierté mais fait également des hommes et des femmes pas comme les autres. En effet, dans notre vie nous avons tout supporté, la fatigue, le découragement, la douleur, la peur, les blessures mais la joie immense de vivre ensemble, de tout partager, le meilleur comme le pire. Nous avons tout surmonté grâce à la cohésion, faisant abstraction des enguelades et des coups de poings que nous avons pu échanger lorsque la fatigue était à son apogée, un homme restant un homme. Oui, j'ai confiance car les différences d'âge chez nous n'ont pas d'emprise, mêmes si nos guerres, nos combats ne sont pas les mêmes, nous avons tous servi avec honneur et fidélité. Cette fidélité, elle doit perdurer. Il n'existe nul obstacle que l'on ne puisse franchir. Je ne voudrais pas terminer sans remercier les personnels de Paris et de Hyères. Nous avons des femmes et des hommes qui croient en ce qu'ils font, un personnel dévoué et compétent que je ne remercierai jamais assez pour leur grand engagement au profit de la médaille militaire. Titulaires de postes de première ligne comme ceux peut-être plus obscurs, je vous invite à continuer à servir avec ce même esprit, nous avons besoin de vous. Mesdames, Messieurs les Présidents et délégués, pardonnez -moi, je m'aperçois que j'ai été très ou trop bavard. Je vous remercie d'être venus aussi nombreux, cela prouve tout l'intérêt que vous portez à votre Société. Rentrés dans vos secteurs respectifs, soyez aimables de rapporter à nos sociétaires ce que vous avez vu et entendu et surtout soyez persuadés que chacun d'entre nous, à nos échelons de responsabilité, nous faisons le maximum pour la pérennité de notre Société et l'éclat de notre Médaille Militaire. Je vous quitte mais je ne vous oublierai jamais. Je vous souhaite un excellent congrès.
                                                                                              François GELLIBERT Président Général


                                                    RAPPORT D’ACTIVITÉ AVIGNON 2013

Mesdames, Messieurs les administrateurs, Mesdames, Messieurs les délégués, Mesdames, Messieurs,
Je suis évidemment très heureux d’être parmi vous aujourd’hui. Chacun de ces rassemblements nationaux est une occasion unique de partager notre attachement à notre décoration. C’est aussi un moment fort que nous consacrons à notre Société, dans le but de cultiver ses objectifs et de préserver ses intérêts. Depuis nos dernières grandes retrouvailles, à Saint-Maixent, nous avons continué d’agir pour Elle. Ce n’est pas un vain mot de dire que la tâche est souvent rude. Il nous faut en effet jouer sur de nombreux registres ; être tout à la fois rigoureux et souples. Notre action a porté sur les points-clés, nécessitant d’être entretenus, améliorés ou corrigés. Les cas de conscience sont souvent nombreux, lorsqu’il est question de prioriser.  La visibilité de la SNEMM s’est imposée, car c’est en premier lieu cette « politique extérieure » qui agit sur la valorisation de notre association. Qu’il s’agisse de nouer de nouveaux contacts, d’être présents aux cérémonies, de répondre à vos invitations, « l’arrière pensée » est objective : celle, en quelque sorte « d’un retour sur investissement » en faveur de la SNEMM. Sachez-le, aucun de nos déplacements n’est gratuit. Ce terme n’est pas à prendre dans son acception financière, mais bien parce que – et j’insiste – chacun se fonde sur une perspective. Je ne vais pas les lister ici – honnêtement, ce serait bien trop long -, mais je sais que dans cette salle vous êtes nombreux à avoir accueilli tel ou tel d’entre nous, au nom de la SNEMM, dans le cadre de l’inauguration d’un rond-point, à l’occasion d’un congrès départemental qui, par définition, rassemble des personnalités civiles et militaires susceptibles d’agir, elles aussi, en faveur de notre Société. En ce qui concerne les contacts extérieurs : ceux nouvellement noués doivent évidemment être entretenus, aussi bien qu’il faut en trouver toujours d’autres. C’est un processus permanent. La SNEMM a été représentée à des événements aussi divers que variés. Par plaisir, parfois ; par intérêt pour elle, toujours. Je pense au gala de l’Amicale des cadres de la police et de la sécurité intérieure, à Paris en décembre ; à l’Assemblée générale des Français de l’étranger, en mars dernier ; au Concert donné par les demoiselles de la Légion d’honneur ; à la Messe en hommage à Napoléon ainsi qu’à nos soldats morts en Opex… Bien sûr, les résultats sont à la mesure de la réactivité des interlocuteurs que nous rencontrons, mais il faut, dans tous les cas – comme je le disais l’an passé – « occuper le terrain ». C’est ainsi que nous sommes parvenus à tisser des liens spécialement étroits avec l’École des Sous-officiers de Saint-Maixent, également avec plusieurs entités qui sont aujourd’hui nos partenaires. J’ajoute que - gage de contacts concrets - le président de chaque organisme qui décide de s’associer activement à notre action est automatiquement membre associé.  En relation directe avec le précédent, le second point-clé concerne nos effectifs. Au 5 juin dernier, ils étaient de 55.540, dont très exactement 38.819 membres titulaires. Je rappelle ici deux chiffres non moins importants. 865 : le nombre de sections actives ; et 81 : le nombre d’unions départementales. Depuis le début de l’année, nous avons enregistré 1610 adhésions. Un chiffre stable, et très honorable en soi. Nous avons aussi – et fort malheureusement – enregistré 1169 décès, 589 démissions et 1283 radiations. Le compte est vite fait : nous sommes en déficit de 3041 membres. Mesdames, Messieurs, le message subliminal de la SNEMM est spontané. Il tient en un mot : « Recrutement ».  Recrutement, oui, bien sûr, mais également Gestion plus étroite de nos acquis. Je souhaite évoquer ici l’un de nos objectifs, exprimé l’an passé : le concours des UD dans la gestion des effectifs. Elles étaient 5, volontaires l’an passé ; elles sont aujourd’hui 8, opérationnelles : Aisne, Allier, Bas-Rhin, Côte d’Or, Doubs, Gironde, Var, Vaucluse – à gérer directement près de 15% du fichier. C’est un bon démarrage ! Je vais citer ici ces « téméraires », qui contribuent à huiler les rouages du Siège : Michel André, Louis Bozon, Pascal Chrismant, Joël Davennes, Jean-Claude Guignabert, Jean-Émile Le Dorven, Jean-Pierre Lemaire, Lydie Louvat-Giraud. Merci beaucoup à vous tous ! Vous êtes la preuve que la réforme de notre association est bien en marche ! Notre but est de miser sur un principe de concentration des tâches pour mieux les alléger. Nous y gagnerons tous, et la SNEMM bien davantage. J’en profite pour préciser que la distribution des badges touche à sa fin. Si l’opération a pu sembler audacieuse à certains, elle porte désormais ses fruits.  L’informatique est aujourd’hui un mode universel. Je dirais même que c’est une question de survie. C’est pourquoi nous misons sur tous ses moyens, également pour exploiter notre communication. Elle doit être attractive. A ce titre, le site Internet arrive en première ligne. Il est un bon support, mais il n’est pas excellent. Toute la problématique est de trouver des compétences – et de les fidéliser -. Si la gestion des effectifs requiert une formation minime, celle du site nécessite des connaissances nettement plus approfondies. C’est à peu près ce que je disais l’an passé, c’est un peu dommage. Pas question de jouer les apprentis sorciers, mais ne nous avouons surtout pas vaincus pour autant. Ce site existe, même s’il ne donne pas toutes satisfactions. Je veux dire encore que notre communication doit aussi être efficace : un mail est gratuit et instantané. De nets progrès ont été fait sur ce point.  Parler de communication, c’est également parler de la revue. Elle aborde actuellement une phase charnière. J’aurais l’occasion d’y revenir plus tard au cours de ce congrès dans le détail. Sur une année, elle a fait en sorte, avec le peu de moyens dont elle dispose, de proposer des sujets variés, de faire circuler l’information, de faire paraître un nombre toujours impressionnant de comptes-rendus de sections. Lorsque je dis « avec le peu de moyens dont elle dispose », j’entends les commentaires de certains d’entre vous. Bien sûr qu’il s’agit d’un poste de dépense important ! « Normal » : c’est un produit qui existe pour porter le message de la SNEMM ! C’est aussi un produit conditionné à des facteurs extérieurs (notamment les tarifs postaux, qui n’ont rien de bon marché !). Certains moyens sont à notre portée pour en réduire le coût, sans en faire une « feuille de chou » rédhibitoire. - Cela en passe par une fixation rigoureuse de son nombre de pages (ce qui, jusqu’à maintenant est difficilement possible, compte tenu des obligations de partage qui nous sont faites par la Commission paritaire des organes de presse - Ce n’est pas faute de les avoir expliquées dans la revue, justement). - Cela en passe, logiquement, par le choix pertinent des sujets traités. - Également par l’insertion de publicités, un domaine de prospection qui est l’affaire de tous. - Par un fichier le plus à jour possible, pour éviter les non-distributions. - Par un nombre raisonnable d’envois supplémentaires aux sections, pour favoriser les relations et le recrutement. Ensuite, je souhaiterais vous dire que les tarifs pratiqués par les fabricants n’ont pas été révisés depuis 9 ans ! - Vous préciser que la nouvelle version de la revue, telle qu’elle vous est proposée depuis bientôt un an, a été conçue gracieusement. Et pourtant, il y a eu du travail en amont. - Que tout est fait et pensé pour éviter les surcoûts. Je pense, par exemple, aux photos, toujours dénichées gratuitement. Je terminerai ce chapitre en vous disant que vous ne trouverez pas, dans le prochain numéro, de rubrique « Vie des Unions et sections ». C’est le moment de vous rappeler que le Service de la revue n’est composé que d’une seule personne. Il se trouve qu’elle a été souffrante, et que ce n’est pas un travail susceptible d’être pris au pied levé. Il reste que les quelque 300 comptes-rendus en attente seront traités d’ici la fin de l’année. Bien sûr, je déplore cela, mais, en même temps, j’aurais tendance à dire que je suis « content », car cela illustre en partie les difficultés que nous pouvons connaître au Siège et dont certains n’ont pas conscience.  Des difficultés, nous en avons connu à Hyères. La Résidence de la Médaille Militaire nécessite toujours notre vigilance, mais je suis heureux de pouvoir dire que le nouvel élan que j’évoquais l’année dernière semble bel et bien en cours. Madame Gabert vous en parlera mieux que moi. Je souhaite néanmoins remercier ici certains de nos camarades, sensibles à l’établissement, qui ont su retrousser les manches pour lui apporter un petit coup de pouce !  Car c’est bien cela notre seconde devise, au-delà de celle qui unit les médaillés militaires que nous sommes : agir pour le bien commun, en mutualisant nos efforts. À des degrés différents, ceci vaut dans tous les domaines que je viens de commenter.  En voici un dernier : le repositionnement de la SNEMM. Souvenez-vous du lourd handicap qu’il nous fallait surmonter l’an passé en ce qui concernait la légitimité de la mention « D’intérêt général » et, par ricochet, la récupération du reçu fiscal. Pour bénéficier de ce « label » crucial, il nous fallait : - Actualiser nos statuts : c’est fait, - Dissocier la cotisation de la revue : le sujet sera traité au cours de ce congrès, - Destiner à l’intérêt général, précisément, une portion de la cotisation : c’est arrêté, - Nous rapprocher d’un organisme présentant toutes les garanties de ce fameux intérêt général : c’est en voie de très prochaine finalisation auprès de la Fondation ADICARE. ADICARE - autrement dit « Association pour le Développement et l’Innovation en Cardiologie » - a été créée en 1989 sous le régime de la Loi 1901. Elle est présidée par le Professeur Cabrol. Avec ce rapprochement, c’est un coup double, si je puis dire : remplir la 4e condition et apporter nous aussi une pierre à un édifice éminemment important. Parce que lutter contre une maladie grave est une histoire de vie, un autre combat porteur d’espoir. Je vous tiendrai au courant de la suite des événements. Ces 4 mesures respectées, c’est une bouffée d’oxygène qui s’offre à la SNEMM. Je pense avoir fait ici la démonstration de notre engagement au profit de notre Société Nationale. En tout, notre objectif est de gagner en intelligence, en simplification, en modernité. Notre bonne volonté, elle, reste la même. Mesdames, Messieurs, je vous remercie de votre écoute.
                                                                                                                    Le secrétaire général




Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×