Souvenir-Résistance 26/08/44

Acte de la Résistance à Beuzec le 26 août 1944

 

    Quand on prend la départementale qui relie Douarnenez à la pointe du Van, on passe devant un monument aux morts proche du village de Lesnen. Il représente un résistant armé d'une mitraillette Sten.

     Le 25 août 1944 environ 200 allemands du point d'appui d'Audierne essayent de gagner Brest via Crozon, deouis Lézongar. Ce sont des soldats, des aviateurs et des marins rescapés des combats navals qui viennent d'avoir lieu en baie d'Audierne dans la nuit du 22 au 23 août. Ile réquisitionnent une trentaine de charettes et des chevauxet, conduits par le lieutenant SS, se dirigent vers Pors Leven, dans la commune de Beuzec, traversant le Cap dans sa largeur. Le convoi allemand est surveillé par les résistants. L'embarquement est prévu sur des cotres armés de la 2ème flotille de patrouilleurs commandés par un enseigne de vaisseau qui connaît les lieux. En soirée, le convoi est contraint de renforcer ses positions au village de Kervigoudou, situé 200m au-dessus de la plage. La résistance prend position : la section Danton de la compagnie FTP Kléber de Dournenez occupe la pointe, sous la protection d'éléments de la 4ème compagnie FFI de Tréboul, tandis que six hommes du corps franc de la compagnie FFI Surcouf de Pont-Croix verrouillent l'accès à la plage. D'autres résistants se tiennent en réserve à proximité de la route départementale.

     Le 26 août 1944 vers 1H30 - 2H00 du matin, le groupe Allaire de la 4ème compagnie FFI entame trop tôt le combat par un coup de feu involontaire sur les Allemends qui ont commencé le transfert des blessés graves.

     Sur la plage, les Allemands paniquent : ils doivent mettre leurs blessés à l'abri et ne sont pas assez armés pour répondre aux tirs. Les canons embarqués allemands répondent, tout comme les canons de 20mm de DCA allemands disposés à Kervigoudou, sur les hauteurs et plusieurs mitrailleuses.

     Les Français se repluient tandis que le corps franc Surcouf bloque les Allemands sur la plage. Vers 2H30, les bateaux ennemis quittent la côte, avec seulement une vingataine d'hommes transférés.

     Les positions se figent jusqu'à 5H00 - 5H30, l'heure à laquelle les Allemands de Kervigoudou contre-attaquent en direction de Lesnen. Vers 7H00, ils incendient les 2 fermes de Lesnen et massacrent un vieil homme infirme. Ils ne dépasseront pas le hameau voisin de Lézugar qu'ils devront abondonner.

     La 7ème compagnie FFI de Quimper et les 2, 3, 4 et 5ème compagnies résistantes de Douarnenez viennent renforcer le dispositif. Le reste de la compagnie Surcouf arrive vers 8H00. Les résistants font prisonniers des groupes d'Allemands.

     A Kervigoudou, des civils restés sous la garde ennemie subissent les de feu des résistants.

     A 10H00, malgré l'arrivée des résistants d'Audierne et de Poulgastel-Saint Germain, l'issue du combat reste encore incertaine.

     Dans l'après-midi, les compagnies de Briec et la compagnie de choc FFI Bretagne, dotée d'une automitailleuse (qui tombera en panne) viennent renfocer les effectifs.

     L'assaut final est donné vers 17H00. A l'ouest, les Français encerclent Kervigoudou tandis qu'à l'est la plage et la côte sont nettoyées. L'oberleutnant SS est achevé après avoir raté son suicide. Les soldats, aviateurs et marins se rendent par petits groupes. Le combat est fini. Il est environ 19H30.

     Du côté ennemi, une trentaine de morts est denombrée et enterrée à Beuzec, mais seulement 16 corps seront exhumés en 1961, lors du transfert des restes vers le cimetière allemand de Ploudaniel. 228 hommes sont faits prisonniers et livrés à Pont-Croix aux Américains de la 17th Cavalry puis dirigés vers le camp de Plouay (Morbihan), tandis qu'on compte une vingtaine de blessés.

Sur le monument, on peut lire :

Beuzec-Cap Sizun : Le Coz Jean. Victime civile : Gourmelen Clet. Douarnenez : Trevidic André, Perennes Constantin, Guenadou pierre, Le Corre Emile, Le Coz marcel, Kergoat Hervé. Quimper : Thomas Jean. Audierne : Stéphan Raymond, Jade Yves, Marin Louis. Tréboul : Cloarec Jean, Gonidec Laurent, Goff Robert, Tanguy Jean. Audierne : Velly Pierre, Sergent Henri, Cajan Hubert. Briec de l'Odet : Piriou Germain, Quinquis Yves. Victime civile à Kerguian, le 22 juillet 1944, à l'âge de 12 ans : Ansquer Marie.

Hormis Marie Ansquer, ils sont tous morts le 26 août 1944.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×